Vagin VS Vulve, par Mel Goyer

 

Le beau dessin. Pourquoi se donner la peine de mentionner le clitoris?
Le beau dessin. Pourquoi se donner la peine de mentionner le clitoris?

C’est à 35 ans, avec grande stupéfaction, que j’ai appris que les mots « vagin » et « vulve » n’étaient pas synonymes. La honte après la surprise. Bin oui, j’ai déjà vu des images du système reproducteur*. J’avais compris que le vagin était le tube où entre le pénis. Et jusqu’à tout récemment, je croyais que le mot vulve signifiait la même chose. Comment ça se fait qu’une fille comme moi ne savait pas la différence ?! (J’ai quand-même suivi un cours d’introduction à la sexologie à l’université!!)

Après réflexion, ça m’a titillé entre les jambes. Voici ce qu’on nous enseigne dès l’enfance : « Les p’tits garçons ont un pénis et les filles ont un vagin.* »  Maintenant que je connais la différence entre une vulve et un vagin, mes oreilles entendent : « Les gars ont un pénis et les filles ont un réceptacle à pénis ! » C’est un enseignement de base aussi limité qu’un vieil alcoolique sans viagra !

Celui de mon enfance avait l'air moins fier.
Celui de ma prof avait l’air moins fier.

Pénis en bois, trou imaginaire dans lequel il va se mettre, condom et MTS. En quelques mots, voilà ce qui résume mes cours de sexualité au secondaire. Je vais donner cinq morceaux de robot aux profs pour l’imagination dont ils ont fait preuve afin de meubler 10 cours avec cette matière ridicule ! Je me souviens encore du malaise de cette dame âgée qui devait dire le mot « pénis » devant toute la classe. Elle avait autant d’expérience que ses élèves de 12 ans. Pénible souvenir que celui de son visage crispé et de ses mains maladroites déroulant une capote sur un bout de bois.

À cet âge, j’avais déjà touché un « vrai » pénis. J’étais très curieuse de découvrir cet engin qui me fascinait déjà. Je me foutais de la théorie, je voulais pratiquer, en savoir davantage. Ma soif de tout savoir aurait été satisfaite si j’avais eu l’opportunité de parler de sexe ouvertement. Lorsque je reçois des réponses claires, l’urgence d’agir prend son trou. Puisque j’étais l’une des seules à poser des questions, j’aurais aimé tomber sur une prof hip et branchée, qui nous invite plutôt à s’observer soi-même, à apprivoiser notre propre corps, d’abord et avant tout. Avec mes camarades, j’aurais aimé élaborer sur le concept suivant: chaque homme et femme ont des goûts uniques qu’ils doivent apprendre à exprimer. Que le respect mutuel et une communication franche sont des clés importantes pour une sexualité épanouie.

Je me souviens d'apprendre la composition d'une ovule. Mais qu'est-ce que ça me donne de savoir ça à 12 ans?! Observez qu'il manque toujours le clitoris...
Je me souviens d’apprendre la composition d’un ovule. Mais qu’est-ce que ça donne à un enfant de 12 ans de savoir ça?! Observez qu’il manque toujours le clitoris sur ce schéma…

Malheureusement, les profs de mon école étaient choisis par des directeurs religieux ; R.I.P. l’idée d’avoir une prof à mon image. Pas question de parler de masturbation et du clitoris ! Puisque cet organe magnifique ne sert pas à la reproduction divine (sic), on a fait comme s’il n’existait pas. Pourtant, j’ai la conviction que plusieurs filles* auraient gagné confiance en elles si on avait abordé le sujet délicat de la vulve « at large » ; le clito, le poing G, les lèvres, la lubrification, les menstruations, l’éjaculation féminine, les cunnilingus, la sexualité tantrique, etc. J’aurais aimé qu’on m’enseigne le fait que les corps sont diversifiés et parfaitement imparfaits.

Quelle identification du clitoris! Un mini point bleu qui ne représente en rien cet organe extraordinaire!
Quelle identification du clitoris! Un mini point bleu qui ne représente en rien cet organe extraordinaire!

Au lieu de quoi, j’ai découvert la pornographie au début de mon adolescence et je me suis lamentablement comparé à ces actrices uniformes pendant trop longtemps. À cette époque, je cherchais de l’information sur l’art de faire l’amour et j’en ai retiré trois choses : « Sois cochonne, mets-la profond dans ta bouche, fais semblant que c’est bon en simulant l’orgasme. » Brainwash pornographique.

Ça me prendra des années pour me reprogrammer différemment, pour honorer ma valeur en tant que femme libre et pour apprendre à me respecter suffisamment afin de dire « voilà ce que j’aime et voici mes limites ». L’éducation « focus-phallus » actuelle encourage certains tabous qui persistent malgré l’époque d’hyper sexualisation où nous vivons. Je rêve de générer plus de conscience, plus de chaleur humaine, de spiritualité-sexuelle afin d’instaurer une connexion saine entre les participants.

J’ai donc inventé le Vagin Connaisseur, pour initier les vagins amateurs et promouvoir ce que j’aurais dû apprendre il y a des années : notre vulve est un temple sacré, honorons-la !

Voici à quoi ressemble un "vrai" clitoris. La boule visible de l'extérieur n'est que la pointe de l'iceberg!
Voici à quoi ressemble un « vrai » clitoris. La boule visible de l’extérieur n’est que la pointe de l’iceberg!

* À noter que les hommes peuvent avoir une vulve et un vagin sans opération.
Pour plus d’informations > http://www.les3sex.com/les3james.html


Mel GoyerDans un appart de Montréal, Mel Goyer a fondé le mouvement du Vagin Connaisseur et le projet Les 3 font le mois. Une femme passionnée également Coach PNL, conférencière et activiste. L’authenticité, la liberté et la cohérence sont ses principaux guides terrestres. Le mot clé de son quotidien est « ACTION! » car Mel désire faire une différence dans le monde d’aujourd’hui. Une visite sur son SITE WEB ou sa PAGE FACEBOOK ?

Si tu veux savoir comment participer à l’émancipation du savoir féminin, clique ici

8 réflexions sur “Vagin VS Vulve, par Mel Goyer

  1. Woww Mel je suis braiment charmer par ton innitiative de prendre parole a ce sujet je suis d’accord avec toi que encore en 2016 les femme vive plusieurs tabou vis-a-vis leurs temple sacré je te trouve humble et authentique avec d’audace de te lancé dans ce projet merci peut être qu’un jour je prendrais part avec toi en partageant un texte . chapeau

    Aimé par 1 personne

  2. My god!!! C’est tellement ÇA!!! Personne ne nous as dit ça! Moi ça a pris un amant féministe de 15 mon ainé pour me faire réaliser que j’avais pas à être une porn-star, que mon plaisir comptait et que je me devais d’être exigeante avec mes amants!!! C’est le temps de la révolution!

    Aimé par 1 personne

  3. Superbe texte qui résume bien la réalité actuelle. Quoi qu’on en dise, les enfants passeront par la pornographie pour s’éduquer si l’éducation sexuelle scolaire et si limitée. J’ai justement produit un travail à ce sujet en cours de responsabilité sociale des entreprises. La question: est-ce que l’industrie du porno a une responsabilité face à l’éducation sexuelle des jeunes? Et on en venait à la conclusion que oui, puisque les jeunes s’éduquent entre autre par ce média, largement focusé non seulement sur le phallus, mais aussi sur la masculinité dominante et le machiste…surtout pour le porno gratuit et (trop) facilement accessible. Heureusement qu’il y a du porno féministe! J’aimerais bien écrire un billet à ce sujet, d’ailleurs.

    Aimé par 1 personne

    • Mauda, je t’encourage fortement à nous partager les fruits de ton travail!!! Plus on lira des trucs qui parlent de l’impact de la pornographie, plus la conscience rayonnera chez les jeunes… et les moins jeunes. Pour participer, regarde l’onglet « Participation » 🙂 Au plaisir de te lire!

      J'aime

  4. J’adore te lire
    Cet article mentionne des trucs comme l’intrusion perverse et impérative du phallus, « Gloire au pénis criss »… Ouff même mon correcteur voulait pas me donner le « é » automatique -_-
    Merci de ça, ton partage tellement beau, instructif, important, créateur d’ouverture de conscience. Cette façon de concocter ces phrases semble tellement naturelle et facile, j’aurais dont aimé t’avoir comme prof de sexe, ne serait-ce que pendant les 2 heures d’éducation sexuelle offertes par le système aux enfants de 12 ans, à mon époque.

    Je suis à l’aise avec tous sujets désormais, depuis quelques années je suis capable de comprendre et même intéressé par la vision des femmes par rapport à l’échange. Ça m’a traumatisé cet aspect d’intimité et de vulnérabilité faisant front à la violence et la domination inculquée par les moeurs des cerveaux monochromes qui s’occupent de notre savoir et de ce qu’on devrait vouloir…… Ce qui m’a le plus marqué durant les dernières années, c’est le malaise des filles d’en discuter =o !
    Lorsque ça les concernes, elles deviennent comme bouche-bée et n’ont plus de mots pour s’exprimer sur le corps et le plaisir. C’est malheureux 😦
    Mais bon j’espère que des dames comme toi se feront impératrices de la langue souple et corsée sur ce sujet que tant d’autres soulignent comme une illusion.

    J’aimerais tellement juste jaser avec toi !

    Même si mon rêve ne se réalise jamais, laisse moi au moins te souhaiter bonne continuité, plaisir et amour !
    Chapeau pour ton beau travail !

    🙂

    Aimé par 1 personne

    • MERCI Julien pour ce merveilleux commentaire! Et surtout, merci d’avoir partagé ton expérience. C’est toujours pertinent et éducatif d’entrevoir la perception d’un homme conscient. 🙂 Si tu le souhaites, je t’invite à écrire sur le sujet pour la section « Histoires intimes ». J’aimerais savoir ce qui t’a amené à être capable de comprendre la vision des femmes… Au plaisir!

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s