Un truc de femmes seulement? (PARTIE 1 / 2)

piluleJ’avais 14 ans. Mes règles étaient très douloureuses. Tous les mois je suppliais ma mère de faire quelque chose pour que ça s’arrête. Alors elle m’a emmenée voir sa gynécologue qui m’a prescrit ma première pilule. Je ne savais pas à ce moment-là qu’on venait de m’offrir la plus grosse arnaque du monde. Les problèmes ne faisaient que commencer…

D’abord, puisque j’étais vierge, si quelqu’un apprenait que je prenais la pilule, cela signifiait alors à ses yeux que j’étais ouverte à toutes sortes de propositions sexuelles.

Ensuite, lorsque ma sexualité a commencé, j’ai dû me battre pour que mes partenaires acceptent de mettre un préservatif. « Tu prends la pilule, qu’est-ce qu’on risque ?» J’sais pas… Une maladie mortelle ?

Un jour, alors que j’allais chez ma gynécologue pour un frotti, je lui ai demandé de me faire une ordonnance pour ma pilule. « Mais tu sens la cigarette ! C’est trop dangereux ! Je ne te donne pas la pilule si tu fumes ! » Alors parlons des autres moyens de contraception. « Non. À ton âge c’est la pilule ou rien. Alors tant que tu ne prendras pas tes responsabilités, ce sera rien. Débrouilles-toi ! » Heureusement, le planning familial a remédié au problème en me donnant la pilule et les coordonnées d’un autre gynécologue.

preservatifs-504x317-images-sb9dfPuis j’ai rencontré celui qui allait être le père de mes enfants. Alors que ma pilule me coûtait des dizaines d’euros chaque mois, il n’a jamais voulu participer aux frais. J’ai pourtant négocié sévère le jour où j’ai voulu être mère et qu’il ne se sentait pas prêt : « Ok alors je ne prends plus la pilule. Si tu ne veux pas d’enfant c’est à toi de prendre en charge la contraception. Tiens : je t’offre même ta première boîte de capotes. Les autres seront à ta charge. » En vain. J’étais la connasse qui voulait lui faire un enfant dans le dos. Parce que JE tomberais enceinte, JE serais responsable de la grossesse.

Là, j’ai compris que la contraception n’était, pour la plupart des gens, qu’une affaire de femme.

J’ai quand même arrêté la pilule car c’est à la même période que j’ai compris qu’elle causait la plupart de mes migraines. Sans compter que son utilité première n’était plus ;je souffrais à nouveau atrocement à chaque fois que j’avais mes règles et même lors de l’ovulation. Bref, je suis passée au stérilet.

sterilet3-1Ah… Le stérilet… La pose a été violente pour mon corps. Au passage du col j’ai senti une brève mais vive douleur. Puis j’ai été incapable de bouger. Je pouvais parler sans pouvoir remuer le petit doigt. Le gynécologue a pris ma tension : « ah merde ! Vous êtes solide ! Avec une tension si basse vous devriez être dans les pommes ! » Il a fallu que mon père (seule personne ayant répondu au téléphone) vienne me chercher pour me ramener chez moi. Et là j’ai appris autre chose sur mon corps. Une chose qui allait me sauver la vie plus tard : mon utérus rejette tout ce qui ne doit pas s’y trouver. Dès le lendemain de la pose et jusqu’à ce qu’on me le retire (un mois plus tard, le temps d’avoir un rendez-vous), j’ai eu ce que j’allais pouvoir identifier plus tard, d’expérience : des contractions de début et milieu de travail.

Je me suis retrouvée à devoir annoncer à mon compagnon que, finalement, ce sera le préservatif. Même refus. « Heureusement », à chaque cycle un kyste se formait à l’entrée de la trompe, coté ovulant. C’est alors que mon (super) corps l’évacuait douloureusement 3-4 jours avant les ovulations. Alors je pouvais prévenir mon compagnon, lequel choisissait l’abstinence plutôt que le préservatif (c’est un moyen de contraception comme un autre, me direz-vous). Une fois il m’a fait croire qu’il avait changé d’avis sur la parentalité puis m’a ramené une pilule du lendemain 2 heures après, le fourbe !

Un jour, alors qu’on ne s’était pas vu durant presque 2 mois pour des raisons professionnelles, le jour de nos retrouvailles et alors qu’il me signifiait son désir charnel, j’ai dû lui annoncer que ce serait préservatif ou bébé. « Ce sera sans préservatif. Je serai heureux si ça arrive. » Bref, je suis tombée enceinte. 10 semaines plus tard il a changé d’avis. J’ai subi un avortement. Un avortement dont j’aurais pu mourir sans mon super utérus (mais ceci est une autre histoire). Belle leçon : la contraception, je la gère ET j’en fais les frais.

implant hormonalÀ ma sortie du bloc on a passé en revue les contraceptions possibles. Mon choix s’est arrêté sur l’implant car il ne pouvait pas être enlevé sans qu’on en ait longuement parlé avant. Sauf que l’implant c’est hormonal et qu’avec les hormones viennent les migraines (très handicapantes, au moins 2 fois par mois). Le prix à payer pour ne plus me faire avoir.

Et puis merde ! Non ! Chacun ses choix ! Je voulais des enfants coûte que coûte ! Je n’avais pas à subir physiquement son manque de responsabilité ! Alors j’ai fait retirer l’implant et je lui ai racheté une boîte de préservatifs ! Il pouvait se brosser pour que j’avorte encore une fois ! On a eu 2 enfants. Depuis le deuxième enfant, le préservatif est le meilleur ami de l’homme…

differents-moyens-contraceptionDans ma vie, j’aurai donc testé 5 moyens de contraception. 6 si on compte l’attention à mes cycles. Aucun ne me convient réellement. Parce que je suis la seule à devoir y penser. Parce que chaque rapport me rappelle que même en 2016, si une femme tombe enceinte, elle est considérée comme la seule responsable et assume seule les suites, qu’elle en décide ou pas…

Pour lire la suite… clique ici.


éloiseEloïse. Je suis une jeune femme comme les autres, sensible et impliquée, avec un sens de la justice exacerbé. Pour le moment en mission parentale (je déteste le terme de congé qui ne reflète absolument pas la réalité) et fraîchement séparée (ouf ! ce n’est pas trop tôt !), j’essaye juste de faire de mon mieux au quotidien. Si mon témoignage peut servir à éviter que d’autres souffrent, alors j’aurai gagné ma journée.

Pour participer à l’émancipation du savoir féminin, clique ici.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s