Le Festivulve 2018 a-t-il changé quelque chose?

Mel Goyer et un clitoris en 3D, taille réelle
Mel Goyer et un modèle de clitoris en 3D, taille réelle

La première édition du Festivulve n’a pas changé le monde, sauf que… maudit que ça fait du bien de parler des vraies affaires, de se réunir entre nous pour apprendre et échanger des connaissances vulvement pertinentes!

J’ai demandé aux participant.es leurs avis sur les changements qu’auraient pu provoquer le Festivulve. La question est ouverte, on parle donc de transformations intérieures ou des observations extérieures. Certaines réponses sont trop merveilleuses pour ne pas les partager avec vous!

À TON AVIS, EST-CE QUE LE FESTIVULVE A CHANGÉ QUELQUE CHOSE?

1. Ouiiii! Connaître cet organe et faire un tour de la sexualité, de l’accouchement, de la santé sexuelle, émotionnelle et spirituelle. YES!!!! Ouvrir les cœurs, les esprits… et les cuisses dans le Vulvaboot 😉

2. Le fait de voir toutes ces femmes m’a ouvert les yeux sur l’entraide, le partage nécessaire… même en 2018.

3. Je pense que cela permet de délier les langues sur le sujet. Aussi, les personnes qui sont peut-être gênées d’en discuter avec leurs proches ou ami(e)s, ont pu se rendre au festival et découvrir des choses.

4. Oui. J’ai appris des choses. J’ai plus confiance en moi. Je me sens solidaire malgré les différences de points de vue.

5. Il a éduqué l’esprit de certain.es… En plus de sensibiliser et détaboutiser les sujets qui entourent le sexe féminin.

6. Je pense que c’est un merveilleux précédent que tu as créé, Mel. Un festival sur la vulve, qui attire autant de gens, ça démontre le besoin de parler de notre corps, de nos sexualités, de notre santé. C’est un geste révolutionnaire.

7. Oui! Rendre l’info sur la vulve plus accessible, se sentir moins seule face à des situations (je pense aux douleurs sexuelles par exemple!)

8. Oui, franchement, c’est un festival nécessaire! Ça a « démocratisé » tous les aspect de la vulve (et de la féminité), qui sont encore aujourd’hui très tabous. C’était vraiment rafraîchissant, mais surtout intéressant. merci beaucoup les fille. J’y serai l’années prochaine ;). Ah, et wow, les familles présentes, les hommes et les jeunes garçons présents, juste un gros bravo et wow. C’est un symbole de réussite d’avoir attiré une telle diversité de gens.

9. Pour toutes celles et ceux présent(e)s , je penses que le Festivulve à enlever de la gêne et des tabous concernant la vulve.

10. L’utilisation du mot « vulve », un sentiment de communauté aussi qui amène une réelle aisance avec, comment dirai-je, la physionomie de notre sexe, grâce a la représentation de la diversité.

11. Je crois que ce festival est le premier d’une longue ère et qu’il va permettre de libérer les femmes du silence ou de la honte et inviter les hommes à mieux connaître le monde intérieur de la femme.

12. Tellement ! Y’a juste à voir les réactions que ça a créé dans la sphère médiatique ! Donner droit de cité et pignon sur rue à nos vulves, c’était aussi essentiel qu’audacieux. Un pas de plus dans les luttes féminines pour affirmer, reconnaître et partager la puissance d’un sexe encore bien méconnu et malmené. Grâce à son aspect éducatif, inclusif, interactif, sérieux et drôle, le Festivulve est un merveilleux espace de célébration, de reconnaissance et de libération. Bravo et longue vie!

13. Oui, l’apprentissage pour les femmes et l’élimination de la solitude en lien avec des problèmes ou inquiétudes par rapport à la santé féminine en pouvant en parler. Mouvement très fort pour l’émancipation de la femme.

14. Absolument! Un événement révolutionnaire: tout à fait rassembleur, revendicateur, sain, fière et éducatif. Je me sens reconnaissante et épanouie de cette expérience, et certainement fière d’avoir pris part à un mouvement aussi controversé. Je crois que ce festival aura permis d’ouvrir un dialogue social quant à la féminité et la sexualité libre, ainsi que les enjeux politiques qui s’y joignent.

15. Je pense que ça aura mis le mot vulve sur la place publique! J’ai dit à plusieurs personne que je venais au Festivulve. On m’a souvent dit Festi quoi?! Haha! C’est définitivement encore un mot tabou et il y a très peu de temps que j’ose le dire(à nouveau, car c’était le mot que j’utilisais pour parler de ma vulve quand j’étais petite, jusqu’à ce que ça devienne la « mode » de dire vagin au secondaire(j’ai même fini par croire que c’était la même chose!) Donc, voila dire le mot vulve, avec fierté et quelque chose de beau à dire avec, un très beau pas dans le bon sens! Merci!

16. Ma perception de ma propre vulve comme étant normale.

17. Oui, énormément et je vous en remercie, car le poil est important même si c’est toujours le contraire que l’on voit. La vulvodynie; aucune idée que ça existait. Chloé et les photos très pertinent comme témoignage. Merci pour l’apport des sujets divers. C’est triste de voir à quel point on connait pas grand chose à propos des 50% de l’humanité…

18. Je me sens puissante, fière d’être femme et plus à l’aise dans ma sexualité!

19. Le mot vulve est maintenant moins tabou. Les gens osent un peu plus parler du corps féminin en nommant les vrais mots.

20. Faire parler de la vulve, ça a permit de faire connaître l’anatomie du clitoris (peu connue), l’égalité des jouissances, etc. C’est une première qui marque l’histoire!!

21. Meilleure acceptation de soi, de sa vulve, des poils et de sa féminité. Meilleures connaissances et ouverture du public.

22. C’est un must. On ne peut plus faire sans. Et une fois qu’on a goûté au Festivulve, on y est abonné.e!

23. J’en ai appris davantage sur le cycle féminin et la contraception.

24. Ça a donné place à de belles conversations et découvertes personnelles. C’était un safe-space pour parler de nos vulves et vagins.

25. Je suis certaine que chaque personne en ai ressortie en ayant appris quelque chose et c’est l’essentiel à mon sens.

26. Pour ma part, c’est la première fois que je vais à un rassemblement positif autour de la vulve, j’en suis ressortie grandie et avec le sentiment de ne pas être la seule à être avide d’un plus grand respect et meilleur connaissance du corps féminin dans toute sa diversité.

27. Oui je crois que l’existence même du Festivulve permet un lieu privilégié au partage de connaissance concernant la vulve et la femme, sans discrimination ni jugement.

28. Le regard sur la vulve et le clitoris. Osez les vrais mots.

29. OUI! Ça a mené à full de discussions sur la vulve dans mon entourage! (enfants, trentenaires et retraités) 😉

30. Oui, je n’ai jamais autant parlé de sexualité féminine avec mes collègues masculins qu’avant et après le Festivulve!

31. Oui, je suis heureuse d’avoir découvert le Womanizer et me le suis procuré. De plus, le fait d’avoir vu d’autres femmes s’intéresser à ce festival a renforcé mon sentiment d’appartenance à mon genre et à la cause féministe.

32. Je pense qu’il a dû ouvrir le dialogue pour beaucoup de gens et j’ai été très impressionnée d’y voir des familles avec leurs enfants.

33. Le Festivulve a donné de la visibilité à la beauté et à la diversité naturelle des vulves et a sorti de l’ombre notre cher ami, le clitoris! 😊 Cet événement a lancé une conversation nécessaire sur le sujet d’une saine sexualité féminine tout en aidant à briser les tabous qui l’entourent, et ce, en sortant les gens de l’ignorance en les instruisant.

34. Vision de la vulve comme sexuelle sans être pornographique!

35. Beaucoup des femmes qui se sont présentées au VulvaBooth seule ou avec conjoint/e et ou famille ont été agréablement surprises de la diversité affichée dans les représentations des formes de vulves. Cela à surement contribué à parfois « normaliser » l’image erronée qu’elles avaient d’elles-mêmes.

36. OUI! On parle de la « vulve » (sans l’appeler vagin).

37. Plus d’acceptation et un esprit de solidarité entre propriétaires de vulve. Haha!

38. Je suis beaucoup plus ouverte d’esprit en sortant qu’en rentrant!

39. Oui, plusieurs femmes sont plus à même de « s’empuissansser ».

40. Que ce soit public et tangible m’aide à en parler autour de moi. Ça a brisé des tabous avec ma belle fille de 15 ans. YEAH!

BONUS VRAIMENT SPÉCIAL, REÇU VIA COURRIEL >

Bonjour Mme Goyer,

Je viens de lire  l’article sur le Festivulve sur le site Cyberpresse.  Je suis presque tombé de ma chaise devant mon écran d’ordinateur en lisant sur ce sujet.  Pour moi le sexe d’une femme sera toujours un mystère parce que je n’ai jamais vu une femme nue en personne à l’âge de 50 ans.  J’espère que vous ne tomberez pas de votre chaise à votre tour!

Eh oui en effet, je n’ai jamais vu une vulve car je suis resté vierge même si je ne suis pas moche physiquement et que j’ai encore l’apparence d’un gars dans la trentaine.  Il y a plein de raisons qui justifie cette honteuse problématique notamment la maladie mentale, un manque de confiance en soi et un petit physique.

J’ai subi la méchanceté et les injures des femmes auxquelles j’ai osé dire la vérité. Alors,  la vulve d’une femme restera toujours pour moi une chose de méconnue, un vrai mystère car j’en ai jamais vu et jamais touché.  Ça sera ainsi pour le reste de mes jours.

Bonne chance pour vos projets!
Bien à vous!

– Monsieur D.

cover profil FB

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s